Manuel

Il y a de ces faces qui t’inspirent et que tu veux absolument créer avec eux. Je ne le connaissais pas et il savait encore moins que j’existais. Je ne sais jamais comment aborder les gens pour leur demander de faire quelques portraits sans avoir l’air d’un obsédé sexuel. On dirait que c’est toujours pire quand t’es un garçon. Mais bon, une photographe de talent m’a déjà dit d’assumer que les photographes sont des prédateurs. Bref, je me lance. Sur une application de rencontre en plus… Ça fait encore plus bizarre. Pas de niaisage je vais droit au but.

« Salut, j’aime tes cheveux longs… Hum… Accepterais-tu que je te prenne en photo? »

J’ai eu droit à un refus. Par manque de temps puisqu’il était de passage. J’étais vraiment déçu parce que le bassin de personnes, qui me donne le goût de sortir mon appareil, en région, est assez réduit malheureusement.

Vous devinerez qu’il a finalement accepté et j’ai capoté dès la première photo. Surtout quand il m’a dit:

« Je peux me mettre un genre de beurre dans les cheveux pour qu’il soit plus gras. »

« Euh. OUI. » Dis-je.

Ça fait changement d’entendre: « Je suis pas photogénique »

 

Simon Emond

La photographie documentaire me permet de raconter, de militer et surtout de poser des questions. Je m’inspire d’une rencontre sincère, aussi enveloppante soit-elle, afin de créer un univers brut, intemporel et qui parle de lui-même. Le noir et blanc assumé reste pour moi la meilleure façon de revenir à l’essentiel, au vrai.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *